logo

Category : Life

Ice-Cream

Quelques temps après le shooting du post précédent, Ponyo notre super chou-lapinoute nous a quittés. On a pris un joli coup de tristesse, sur la nuque. C’est là qu’on s’est rendus compte qu’on en était complètement gaga, et qu’elle faisait vraiment partie de l’happy familly.

J’avais rangé la cage dans le cagibi, nettoyé les biberons et gamelles. Et puis je suis tombée sur un adorable petit lapinou sur le bon coin. Toute petite, qui ressemblait à Ponyo mais avec les yeux bleus. Quand je suis allée la chercher cette semaine, j’ai été plutôt surprise de l’ampleur de la touffe. Une boule de poils. Et une drôle de tête qui la fait ressembler tantôt à un show-show, tantôt à un chihuahua…

Enfin bref, on l’a adoptée, et comme c’est l’année des i, on l’a prénommée Ice-Cream. On aurait pu l’appeler Popples pour cette façon qu’elle a de marcher à reculons pour se mettre en boule dès qu’on lui touche le bout du nez, mais c’était moins glam.

Sources des glaces: 1, 2, 3, 4, 5

Un grand cadre photos avec une palette abandonnée…

Vis à vis du crapouillaud, je ne suis jamais certaine de faire passer les messages vraiment comme je veux, et même lorsque j’ai l’impression d’avoir sortit la phrase parfaite pour me faire comprendre, rien ne me dit que son interprétation sera la bonne. Je me suis récemment rendue compte qu’entre son expérience et la mienne il y avait au moins un trajet Terre-Krypton lorsque je lui ai demandé s’il avait une idée de comment le papa mettait la graine de bébé ds le ventre de la maman: « Avec la main? Les pieds? » Certains parents passés par là se souviendront peut-être de ce moment où soit on rame soit on fuit. J’ai fait un peu des deux.

Pas évident de se faire comprendre d’un crapaud qui en est au début. Inculquer des valeurs, des notions qui nous semblent si importantes, mettre tout ça dans un cerveau qui n’arrive même pas à distinguer l’imparfait du passé composé…  Et pourtant.

Le QUOTIDIEN les amis. On s’applique souvent à trouver des moments où il faut s’asseoir face à face pour parler des choses importantes (je me souviens de ce jour où mon beau-père avait choisit un retour de trajet de lycée (45minutes) pour m’apprendre qu’il fallait « se protéger ». « Oui-oui, je sais déjà » « A. Tu sais? » _vite: allumer la radio!!_). Je me souviens aussi que maman a toujours été très polie et souriante, toujours présente pour aider, et toujours conquérante, forte. Je me souviens que j’ai toujours eu un livre sous la main si j’en avais besoin, ou un bon morceau à écouter. Et c’est sûrement de tout ça que j’ai le plus appris, car au moment où il fallait s’asseoir pour être sûre que je savais, je savais déjà.

Je vérifie les pouvoirs du quotidien… Au quotidien, lorsqu’il sort de la boulangerie en lançant un « bonne journée » à la dame, lorsqu’il s’applique à ne pas faire l’éléphant dans les escaliers pour ne pas déranger les voisins, ou lorsqu’il me dit en voyant cette palette dans la rue: « ils vont la jeter? Mais c’est du gâchis… On pourrait en faire un méga bouclier intergalactique!! »

Oui. Ou: un joli cadre à photos pour le salon!

Poncer, peindre, agrafer, décorer… Et hop! Voilà quelques chouettes moments dont on se rappellera un peu plus en les voyant chaque jour au mur. :)

Thé addict de Nikki Mc Williams

En voilà une jolie direction à prendre pour terminer ce mois d’avril. La direction du tea time, de la positive attitude, avec cette impression de Nikki Mc Williams, qui était originalement peinte au thé, puis numérisée. (psst: elle a un blog! ;) )